samedi 27 janvier 2018

L'Avis de Ramettes : Frère d'exil




"Frères d’exil" Kochka
Ill. Tom Haugomat

Flammarion, sept 2016, 155 p., 12€. 

Prix des Incorruptibles CM2 2017-2018

A partir de 10 ans

4e de couv. :
«Il y a des moments dans la vie où ce qu'on croyait solide s'effondre...
Où que la vie t'emmène, Nani, n'oublie jamais d'où tu viens, mais va!»
Nani part avec sa famille pour le continent après l'inondation de leur île par une tempête. Mais Enoha, son grand-père, a décidé de rester. Il confie à sa petite-fille des lettres, où il raconte son histoire. Durant son voyage, la fillette rencontre un petit garçon seul, Semeio, auquel son destin sera lié. 

Mon avis :
Le livre se compose d’une narration à la troisième personne sur du papier blanc, d’une quinzaine de lettres numérotées sur papier bleu pétrole et d’une dizaine illustrations dont une double page pour marquer chaque partie.
Ce roman se compose de trois parties :

1 - La tempête
2- La traversée
3- Le continent

Il n’y a pas de chapitre mais des récits sur une ou deux pages.
C’est une histoire à mettre entre toutes les mains  ce n’est pas exclusivement adapté pour les enfants, les adultes y trouverons leur compte d’émotions et de réflexions.
Treize lettres ont été écrites avant le départ par le grand-père de Nani. Il s’agit de lettres pour l’accompagner dans sa vie future.  Le grand père sait qu’il ne partira pas de son île, il mourra en même temps qu’elle, mais il  laisse en héritage de belles leçons de vie à sa petite fille. Il a anticipé les différentes phases de ce voyage inéluctable. Il lui laisse des leçons de tolérance, de force intérieure, de bonté et de beauté.
Dans la narration (pages blanches), on va suivre les faits en temps réels. La catastrophe écologique, l’exil avec la descente vers le port, l’attente, la peur, la folie des hommes, la fin …
Il y aura des scènes cruelles, dures et beaucoup de tendresse.
La famille de Nani incarne la bonté. Le couple est soudé, leur fille est leur perle, mais ils n’hésiteront pas à porter secours à un petit garçon, Semeio, qui s’est retrouvé orphelin et sans famille au départ du bateau. Ils vont former une famille élargie.
La famille représente la terre, la langue, les racines, les traditions.
L’exil c’est aller vers l’autre, ne pas laisser s’installer la peur. Laisser les autres venir vers soi. La réciprocité. On découvre leur installation dans leur nouvelle vie.
L’amitié, l’entraide, autant chez les adultes que les enfants. Les enfants vont partager les lettres et les idées. Il va y avoir une complicité qui va les conduire à vraiment devenir des frères et sœurs, d'où le titre. C’est fort et tendre.
Ce roman c’est un hymne à la vie. Il faut aller de l’avant quoi qu’il arrive.
Un roman engagé qui m’a ému.


Un exemple d'illustration



http://www.lesincos.com/



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire